Forum de la guilde FoA sur Guild Wars
 
PortailAccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Souvenirs de Nenyä Eärwen, la Jeune Fille de la Mer...

Aller en bas 
AuteurMessage
Nenya
Domination
Domination
avatar

Féminin
Nombre de messages : 570
Age : 36
Localisation : La Rochelle
Date d'inscription : 28/12/2006


Perso Principal: Nenyä Elenwë
XP:
20/20  (20/20)
Profession: Moine Moine

MessageSujet: Souvenirs de Nenyä Eärwen, la Jeune Fille de la Mer...   Mer 2 Juil - 21:53

Nous le vainquîmes enfin. Après toutes ces années de combat et de souffrances, nous y parvînmes définitivement. Le Seigneur Liche, chef maléfique des Morts Vivants, n’était ni un mythe, ni une légende, comme on l’avait supposé jusqu’alors. Non, il était bien réel, et ses projets démoniaques avaient été arrêtés à temps. Nous en étions venus à bout, au cœur du volcan des îles de Feu.

Je me trouvais donc là, les cheveux bercés par la douce brise qui se réveillait, comme renaissante. Quel soulagement de pouvoir nous reposer, car c’en était terminé. Je regardais mes amis, Chev, qui faisait secrètement chavirer mon cœur depuis si longtemps, Tess, ma plus grande amie, Lou, Aya, Ayame, Apache, Ordag, Cram, Dindin, Godrik, Drecker, Mabel, Miss Sansand, Didi, et le non moins célèbre couple Steve et Grumfy. Nous ne pouvions nous empêcher de nous échanger un sourire, sous le regard bienveillant de Mika. Elle était si jeune, mais elle avait déjà l’âme d’une chef de guilde. Nos sourires annonçaient la fin d’une longue guerre, mais mes frères d’armes m’avaient donné la force de me battre en ces temps difficiles.

Ce soir-là, nos cœurs étaient apaisés, et nous avions repris le chemin du retour, sur un grand navire offert par les Nains. Nous nous étions réunis sur le pont, éclairés par les douces flammes des torches. Le bateau commençait son voyage, lentement. Nous prenions notre premier repas dans le calme, la sérénité et la bonne humeur, sans l’angoisse de se faire attaquer, ou d’être dérangés. Ce soir-là, nous pouvions chanter, danser, et rêver. Les hommes avaient d’ailleurs arrosé notre victoire avec les tonneaux de bière offerts par le roi Jalis Martelfer, que Chev avait discrètement embarqués dans la soute, sous le regard non moins complice d’Apache.
Pendant qu’ils buvaient et trinquaient à volonté, dans la joie et la bonne
humeur, nous autres demoiselles, dansions et chantions à en perdre le souffle.

Ce soir-là, je ne pus en détourner mon regard. Son visage, sa chevelure couleur or, brillant sous la lumière dansante des torches, son corps, avec ses tatouages énigmatiques, et son rire que l’alcool amplifiait. Son charme était décuplé par les derniers rayons du soleil couchant. Quand mes yeux croisèrent les siens, je crus me noyer dans un océan d’un bleu profond et scintillant. Je venais de me trahir, je sentis alors mes joues s’empourprer, si bien que j’eus peine à tenir debout. Tess, ma sœur de cœur, sourit en comprenant ce qui se passait enfin. Etait-ce l’alcool, qui le poussa à se lever, pour se joindre à nos déhanchements ? Probablement, car bientôt, tous les hommes dansèrent et nous riions tous ensemble. Chev et moi entrâmes alors dans un jeu de séduction qui fut à la hauteur de mes espérances, tout comme la fin de la nuit, une des plus merveilleuses que je connus, mais loin d’être la plus reposante…

Ce n’est que tôt dans la matinée que je m’endormis enfin, sereine, blottie dans les bras chaleureux et protecteurs que j’avais tant espérés. Pour la première fois depuis bien longtemps, je rêvai. Je revis en songes mon enfance sur mon île natale, au large de l’Arche du Lion. C’est là que j’avais grandi. J’étais née sur cette île paradisiaque, avec mes parents. Ma mère n’en était pas originaire. Elle était née dans les Cimefroides du nord, dans un village près du Promontoire. Mon père, lui, était un marin commerçant réputé. C’était au cours d’un voyage dans cette région éloignée de son île chaude et paisible qu’il l’avait rencontrée. Ils ne s’étaient ensuite plus jamais séparés. Je naquis sur la plage, bercée par les rayons du chaud soleil de l’été.

On m’avait donné le nom d’Eärwen, « Jeune fille de la Mer », car la couleur de mes yeux était bleu océan. Dès ma plus tendre enfance, le village se rendit compte que ce nom était fait pour moi. Je sus nager très jeune. Finalement, j’étais presque plus à l’aise dans l’eau que sur la terre ferme. A l’âge de 6 ans, je pêchais à mains nues, et dans l’année qui suivit, je nageais en pleine mer, accompagnant mon père en voyage, au beau milieu des poissons et des dauphins.

Une enfance calme et merveilleuse s’offrait à moi. Mais toute bonne chose devait avoir une fin. Je n’avais que 10 ans quand mes parents décidèrent de prendre le large, afin de se rendre dans la jungle de Maguuma pour un grand voyage d’affaires. Mais sur le retour, alors qu’ils avaient fait fortune, une terrible tempête fit rage. Malgré les efforts inconsidérés de tout l’équipage, ils ne purent éviter la catastrophe. La mer s’abattit sur le mât qui se brisa, la coque du navire craqua, le bateau chavira et tout l’équipage périt. Tous morts… Tous… sauf moi.

Je parvins à m’accrocher à quelques débris du bateau, et épuisée, je m’évanouis au beau milieu de l’océan. Quand je me réveillai, j’étais allongée sur un confortable lit de mousse, dans une grotte sous-marine. Des poissons étaient disposés près d’un feu encore chaud. Bientôt, une famille de sirènes émergèrent des profondeurs aquatiques. Elle m’accueillirent avec sourire, apaisèrent ma peine, et me permirent de rester à leurs côtés.

Je passai deux années en leur compagnie. J’appris leur langue et leurs coutumes. Elles m’enseignèrent le chant, et leur voix était enchanteresse. Elles m’apprirent à communiquer avec certains animaux aquatiques, à en chasser d’autres. Mais surtout, elles me transmirent l’art d’invoquer les pouvoirs de l’eau, afin de les plier à ma propre volonté. Après cet enseignement, je fus en mesure d’utiliser la brume et la glace pour ralentir toute attaque ennemie, de voiler la vue de n’importe quel adversaire, de protéger mes compagnons de la magie, et surtout, j’appris à infliger des dégâts de froid redoutables. Ce fut comme une renaissance. Mon nom prit définitivement tout son sens à ce moment-là. Un jour, cependant, elles me poussèrent à retrouver le chemin des hommes, sur la terre ferme. Alors elles m’emmenèrent sur le large de la Porte de Kryte.

De là, je remontais le fleuve, seule, et j’arrivai dans le royaume d’Ascalon. J’étais âgée de 15 ans. La suite de ma vie fut semblable à de bien nombreuses autres. Enragée à l’idée de voir les Charrs envahir un royaume de paix et de quiétude, en ruinant tout sur leur passage, grâce à une magie destructrice, la fournaise, je parvins à persuader l’armée d’Ascalon de m’emmener dans leur combat. Elle ne fut cependant pas difficile à convaincre, car déjà, mes compétences dans le maniement de la magie de l’eau avaient fait parler de moi. C’est à ce moment que je fis la rencontre des personnes qui partagent aujourd’hui mes aventures. Ils avaient formé une guilde, et malgré mon jeune âge, ils me proposèrent de rejoindre leurs camps afin d’unir nos forces. A 16 ans, je commençai à parcourir le monde, luttant contre les Charrs, les Nains du Sommet de Pierre, et les Morts Vivants. Mais je n’étais plus seule. Et notre lutte nous mena jusqu’aux îles de Feu, où nous affrontâmes le Seigneur Liche, deux ans après notre départ d’Ascalon.

Quand je me réveillai, la matinée était bien avancée. J’étais encore surprise d’avoir repensé à tout cela, un sentiment étrange m’envahissait. Mais je fus rapidement sortie de mes curieuses pensées, car le spectacle que je vis sur le pont du bateau était pour le moins hilarant. L’alcool des Nains n’était guère pour les fillettes, et la journée s’annonçait bien difficile pour certains. Ils grognaient, allongés par terre, la mine déconfite. Heureusement, Mabel leur prépara un de ses précieux remèdes dont il avait le secret. Cela les apaisa considérablement, et lui valut les honneurs de la guilde pour le reste du voyage, qui se poursuivait au gré du vent. Déjà, nos cœurs se remplissaient de joie et d’espoir à l’idée de retrouver notre domaine, sur l’île de la Méditation. Le mien était agréablement réchauffé par ce nouveau sentiment qui brûlait en moi. Mais nous étions bien loin de nous imaginer les nouvelles aventures qui n’allaient pas tarder à nous attendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shashina
Séraphin
Séraphin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 497
Age : 41
Localisation : IDF
Date d'inscription : 31/05/2006


Perso Principal: Tess
XP:
20/20  (20/20)
Profession: Guerrier/Guerrière Guerrier/Guerrière

MessageSujet: Super !!!   Mer 2 Juil - 22:06

MErci d'avoir remis ton texte nenya Smile

wink

_________________


"L'indifférence est le pire état de l'âme"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nenya
Domination
Domination
avatar

Féminin
Nombre de messages : 570
Age : 36
Localisation : La Rochelle
Date d'inscription : 28/12/2006


Perso Principal: Nenyä Elenwë
XP:
20/20  (20/20)
Profession: Moine Moine

MessageSujet: Re: Souvenirs de Nenyä Eärwen, la Jeune Fille de la Mer...   Mer 2 Juil - 23:04

Mais de rien ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenirs de Nenyä Eärwen, la Jeune Fille de la Mer...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs de Nenyä Eärwen, la Jeune Fille de la Mer...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La jeune fille regnée
» Baptème de GIL et BZEUH [Terminé]
» Gosselies VS Paradis, un duel au sommet... ou pas.
» [Paris by night] Manuela de la Vega + Elise de Rochebrune
» [En Cours] On ne va quand même pas appeler ça "demande de bannière" ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall Of Angels :: Général :: Histoires et récits-
Sauter vers: